Une Rencontre

Une Rencontre

 

Bien que tentant de s’engager dans un long-métrage plus original et poétique qu’à l’accoutumée avec Une Rencontre, la réalisatrice Lisa Azuelos ne parvient guère à cacher ni les maladresses ni la superficialité de son récit.



Sans oser sortir des sentiers battus, Une Rencontre n’apporte rien de véritablement nouveau à la thématique de l’adultère, préférant se cloisonner derrière le mutisme d’une jolie carte postale. Et si l’on évite de justesse l’ennui profond, le nouveau film de Lisa Azuelos (LOL) peine à rendre l’instant véritablement agréable. Avec un scénario contant une histoire d’adultère volontairement légère et refusant de tomber dans le moralisme, la réalisatrice avait pourtant quelques bonnes cartes en mains. Mais la principale qualité du film reste sans équivoque le jeu de François Cluzet, à la fois doux, sincère et empreint de romantisme, amorçant une belle alchimie avec sa partenaire d’écran Sophie Marceau. une-rencontre-sophie-marceau-amiureuse Pour revenir sur la trame de l’histoire, Elsa (Sophie Marceau), jolie quadra tout juste divorcée et écrivain à succès va croiser lors d’une soirée le regard de Pierre (François Cluzet), avocat brillant et père de famille. Le coup de foudre opérant, plusieurs choix s’offrent alors à eux : se lancer dans cette nouvelle relation, la refuser ou simplement la fantasmer… N’ayant de cesse de mixer fantasme et réalité, Une Rencontre donne finalement l’impression de faire du sur place. À défaut d’emmener le spectateur vers une réflexion, Lisa Azuelos prend le risque de le perdre avec ces agaçants effets de styles. Alors à quoi bon écrire un récit qui s’efface avant même d’être intégré ? Dans sa quête d’originalité, la réalisatrice s’est embourbée, tendant inexorablement vers le cliché et le rébarbatif. Une Rencontre ressemble à bien y réfléchir à une mauvaise suite de LOL dans laquelle Sophie Marceau reste identique, bloquée dans son rôle précédent et par un scénario un peu trop plat.

  • Post category:Non classé