Man Of Tai Chi

Man Of Tai Chi

Alors qu’il se faisait plutôt rare, Keanu Reeves revient en force dans le paysage ciné à tendance asiatique, avec son récent rôle dans 47 Ronin et surtout son premier passage à la réalisation avec Man Of Tai Chi.


Un premier film prétexte à mettre en lumière les arts martiaux et l’acteur Tiger Hu Chen, ami de Keanu Reeves (rencontré sur le tournage de Matrix), aussi entraîneur et cascadeur. Formé par son maître, le chorégraphe réputé Yuen Woo-ping (trilogie Matrix, Kill Bill, The Grandmaster et ici Man Of Tai Chi), Tiger Hu Chen a été à la bonne école pour entrer sans peine dans le milieu de la cascade et de la castagne.

Sans surprise, Keanu Reeves respecte scrupuleusement les codes des films de kung-fu auxquels ils rend hommage, ne s’essayant à aucune folie. Déployant sans passion une histoire d’amour et une enquête policière, toutes deux couvertures, Man Of Tai Chi trouve son réel éveil à travers ses scènes de combats. Des acrobaties alliant fluidité et force, seul repère véritable et tension grandissante de ce film.

Livreur discret et solitaire le jour, Tiger Chen (Tiger Hu Chen) poulain prometteur du Tai Chi, partage son temps entre les visites rendues à son maître et les tournois sportifs. Oui mais voilà, le champion va vite se faire draguer par le côté obscur de la force (mené par Keanu Reeves, organisateur de combats clandestins) et bientôt devoir choisir son camp.


Une lutte des pratiques pour un film inégal, oscillant entre faiblesses et forces, une dualité dont Keanu Reeves ne se préoccupe guère. Car si la démarche est sincère, pour l’apprenti réalisateur seul comptent véritablement l’homme mis en avant (Tiger Hu Chen) et les successions de combats spectaculaires. Une quête initiatique un peu vieillotte, au script écrit sur un coin de table mais qui ravira pourtant et sans nul doute les amateurs d’arts martiaux.

  • Post category:Non classé